Bastia

L'UNFP indignée par l'absence de Crivelli contre les Girondins

Commentaire(s)
L'UNFP considère les conditions de l'absence de Crivelli comme symptomatiques d'une libéralisation des prêts
L'UNFP considère les conditions de l'absence de Crivelli comme symptomatiques d'une libéralisation des prêts

Prêté à Bastia cette saison dans l'optique d'acquérir plus de temps de jeu, Enzo Crivelli n'a pas revêtu le maillot du Sporting, hier, pour faire face à son club d'origine, alors que les Girondins se déplaçaient en Corse (1-1) pour le compte de la 15e journée de Ligue 1. La raison ? Un accord verbal entre les deux clubs, stipulant que l'attaquant ne pouvait affronter l'équipe qu'il a temporairement quittée cet été. Une pratique qui n'est pas sans rappeler le cas Corentin Jean, qui n'avait pu s'aligner l'an passé contre Monaco lors de son séjour à Troyes (alors que Jessi Pi, dans la même situation, y avait été autorisé...).

La porte ouverte à des dérives ?

Mais cette fois-ci, l'UNFP ne semble pas avoir digéré cet arrangement entre les deux clubs. Publiant, sur son site officiel, un communiqué à charge contre les instances françaises, le syndicat des joueurs a ainsi dénoncé la poussée d'une "marchandisation" des prêts qui serait uniquement dirigée par "l'appât du gain". Un phénomène de libéralisation débridant l'utilisation de ces accords entre les équipes ce qui, d'après l'UNFP, pourrait engendrer un système défavorable aux intérêts des joueurs.

Le syndicat en veut pour preuve ce témoignage de Lucas Piazon, 22 ans, sous contrat avec Chelsea et prêté pour la cinquième saison de suite par les Blues : "Cela n'a aucun sens d'être ainsi prêté tout le temps. Au regard de mon expérience, je ne vois pas cela comme quelque chose de positif. Être dans un endroit différent, chaque année, n'est pas bon pour un jeune joueur comme moi. Dans ces conditions, il est difficile d'obtenir une place dans l'équipe et de progresser...". Du point de vue de l'UNFP, ce genre de pratique découle d'une réduction des réglementations entourant les prêts, réduction qu'un arrangement tel que celui conclu entre Bordeaux et Bastia aurait donc tendance à renforcer.

Commentaire(s)