Comment exporter la "marque Bordeaux" ? DaGrosa dessine les contours du projet GACP


Le Matmut Atlantique attend un show à l'Américaine !
Le Matmut Atlantique attend un show à l'Américaine !

GACP sera le prochain propriétaire des Girondins, et Joe DaGrosa commence à dessiner les contours du projet. Merchandising, droits télé et mercato : tels seront vraisemblablement les trois leviers principaux de l'investisseur américain.

"On n'ambitionne pas de faire de profits les deux premières années". La future vente tout juste validée, Joe DaGrosa ne perd pas de temps : il doit dessiner le futur des Girondins de Bordeaux. Le conseil métropolitain l'a conforté, l'Américain s'affiche "heureux et soulagé" dans les colonnes de L'Equipe. Même les différents reports de la décision semblent désormais oubliés. Les conseillers de l'agglomération "se sont montrés bienveillants. Leur attachement au club et leurs interrogations ont rendu le processus plus long, mais, quelque part, c'est rassurant de voir qu'ils portent un tel amour aux Girondins."

L'investisseur américain laisse les incertitudes au passé pour se consacrer à un futur très proche. Le 23 octobre, le club devrait passer sous pavillon américain. Le début des grandes manoeuvres pour "contribuer à le faire grandir". Pour cela, les futurs propriétaires abandonnent l'idée de "faire de profits" avant janvier 2021. Les investissements ne seront pour autant pas légion... et surtout, moins sur le terrain qu'en dehors. Quand Monaco ou Lille ont beaucoup misé sur les ventes avec plus-value de leurs joueurs, Joe DaGrosa refuse : "notre projet économique ne peut pas se reposer sur les opérations de transfert."

Un show à l'Américaine au Matmut Atlantique

La formation et la vente de jeunes Girondins fera néanmoins partie des leviers actionnés par le FCGB nouvelle génération. Mais les belles offres n'impliqueront pas obligatoirement une vente. Même si certaines rumeurs annoncent des chèques pour François Kamano déjà signés ? "Je pourrais les refuser", répond le futur propriétaire. Lui, se concentre sur un point plutôt délaissé par M6 : "la marque Bordeaux". L'objectif, "l'exporter à l'international". Pour cela, le repreneur promet d'amener "un savoir-faire américain en matière de show". Le tout, en laissant le Matmut-Atlantique accessible à tous : "on n'augmentera pas le prix des places".

Sans investir outre mesure dans l'équipe et ses joueurs, GACP souhaite donc étendre l'influence du club girondin dans le monde. Les droits télé, la billetterie et le merchandising suffiront, selon l'investisseur, à équilibrer la balance des dépenses et des recette, et à combler les besoins du duo Ricardo-Bedouet pour son effectif. Reste désormais à trouver une figure de proue, capable d'incarner le projet et de prendre sa tête. L'OM a trouvé Jacques-Henri Eyraud, l'ASM, Vadim Vasilyev... "Le prochain président sera français", assure DaGrosa. Mais pour prendre la nouvelle tête du FCGB, il faudra être "aguerri au monde du sport" mais aussi -et surtout ?- "des compétences de leadership". Histoire de diriger la nouvelle entreprise girondine.