La mauvaise passe du FCGB décryptée par Toulalan

Jérémy Toulalan et Bordeaux reçoivent le Racing vendredi.
Jérémy Toulalan et Bordeaux reçoivent le Racing vendredi.

Bordeaux reçoit Strasbourg, demain, en ouverture de la 17e journée de Ligue 1, avec la ferme intention de réintégrer la première partie de tableau et recoller aux équipes candidates à une qualification européenne en fin de saison. "Le fait d’avoir perdu à Dijon (3-2 vendredi dernier) - ce qu’on n’avait pas le droit de faire en menant deux fois - fait qu’on est dans la même situation qu’avant le match à Saint-Étienne (remporté 3-0 trois jours plus tôt)", a résumé Jérémy Toulalan en conférence de presse. "On est obligé de gagner contre Strasbourg, sinon on sera vraiment décroché. On va essayer de réaliser le même match et puis de le gagner."

"On sait que dans ces périodes-là, dans la difficulté, le plus dur c’est au niveau collectif. On ne s’en sortira que comme ça, avec l’état d’esprit, donc on doit rester tous solidaire", a poursuivi le capitaine des Marine-et-Blanc, ne masquant pas ses craintes vis-à-vis des derniers résultats en berne de son équipe (1 victoire sur les 9 derniers matchs). "On sait qu’une saison c’est des moments délicats, mais là ça dure un peu plus longtemps que l’an dernier… Alors on doit se serrer les coudes, faire le maximum, travailler et rester unis, ensemble. On doit redoubler d’efforts, encore plus que quand ça va bien, car dans la situation où l’on est tout sera contre nous. Ce sera dur jusqu’à la fin du mois de décembre, à la trêve, et après on devra refaire une deuxième partie de saison comme celle de l’an dernier ; et ce ne sera pas évident. La saison dernière, on a quand même fait une deuxième partie de saison assez exceptionnelle."


Réagissez à l'article "La mauvaise passe du FCGB décryptée par Toulalan"