L1

Bordeaux brûle-t-il ?

Commentaire(s)
Après la défaite à Ajaccio, samedi (2-0), Willy Sagnol a évoqué une "fissure" au sein du groupe girondin
Après la défaite à Ajaccio, samedi (2-0), Willy Sagnol a évoqué une

Après chaque journée de Ligue 1, MadeInFOOT.com vous propose son top/flop, regroupant les actions qui ont satisfait ou déçu la rédaction. Second acte avec les flops de cette douzième journée du championnat de France.

Les flops :

Et Warys péta les plombs

On joue la 43ème minute de la rencontre entre Guingamp et Lorient, samedi soir, au Roudourou. Bousculé par Briand, Majeed Waris voit l'arbitre ne pas lui accorder de coup-franc aux abords de la surface guingampaise. L'attaquant des Merlus disjoncte alors complètement et tente littéralement de découper l'avant-centre guingampais. Les esprits s'échauffent alors sur la pelouse. Waris est expulsé directement, tout comme Sankharé, venu participer aux échauffourées. Heureusement pour Lorient, Moukandjo a su, lui, garder son sang-froid afin de remettre les compteurs à égalité à deux reprises, d'abord sur penalty, ensuite sur une tête à bout portant au terme du temps additionnel (2-2). Pour Waris, en revanche, la note risque d'être salée.

Bordeaux brûle-t-il ?

"On n’a pas vu de groupe, d’état d’esprit. On n’a rien vu. C’est parfois mieux de déclarer forfait". Après la défaite à Ajaccio, samedi soir (2-0), Willy Sagnol n'a pas mâché ses mots pour qualifier la performance de ses joueurs. L'entraîneur bordelais a également évoqué une "fissure" à l'intérieur du groupe. Des tensions ont aussi émaillé le retour des joueurs à l'aéroport de Mérignac où plusieurs dizaines de supporters étaient venus leur demander des comptes. Des échanges parfois tendus, Thomas Touré a notamment été convoqué par la direction du club avant de présenter ses excuses. Depuis, Jean-Louis Triaud a tenté d'éteindre l'incendie, assurant notamment que son entraîneur n'était pas menacé. "Ne tombons pas dans la crise de nerf", a martelé le président bordelais. Toujours est-il qu'un nouveau faux-pas, dimanche prochain, face à Monaco pourrait cristalliser un peu plus les tensions avant la trêve internationale.

La semaine noire de Caen

Depuis le début de la saison, les Normands ne font pas dans la demi-mesure. Jamais en treize rencontres, toutes compétitions confondues, les hommes de Patrice Garande ont quitté leurs adversaires sur un score de parité. Nouvel exemple, cette semaine, avec un enchaînement inhabituel pour le stade Malherbe : trois défaites de rang. D'abord à domicile face à Nantes (0-2). Puis en milieu de semaine à l'issue d'un scénario rocambolesque face à Nice (1-2). Enfin samedi soir du côté de Bastia (1-0). Une défaite qui aurait pu être bien plus lourde si Vercoutre n'avait pas été si inspiré dans les buts normands. "On s'est liquéfiés", a même lâché Patrice Garande à l'issue de la rencontre. Les Caennais voient ainsi l'AS Saint-Etienne et l'Olympique Lyonnais les doubler au classement. Descendu du podium, le Stade Malherbe rentre ainsi dans le rang.