L1

Hwang dans l'équipe-type des premières révélations de la saison

Commentaire(s)

Un tiers de la saison de Ligue 1 s'est déjà écoulé, alors la rédaction de MadeinFOOT s'est réunie pour faire un point sur les premières révélations du championnat de France en 2019-2020.

Il y a encore trois mois, ils pouvaient encore passer incognito en allant chercher leur pain à la boulangerie. Aujourd’hui, ils sont sortis de l’anonymat et font partie des personnages principaux du feuilleton de la Ligue 1. Entre-temps, ces onze joueurs se sont révélés sur les pelouses du championnat de France, enchaînant les bonnes performances et se faisant une place dans leurs équipes respectives, ce qui, pour certains, était inimaginable au démarrage de la saison.

Arrivé à Lille avec l’étiquette de successeur de Nicolas Pépé, même s’il remplace davantage Rafael Leao, Victor Osimhen est peut-être celui que l’on attendait le plus dans cette équipe-type. Le moins que l’on puisse dire, c’est que le jeune attaquant nigérian (20 ans) n’a pas tardé à se montrer, inscrivant 7 buts lors des 9 premières journées. Même s’il connaît une période plus compliquée depuis (aucun but en L1 sur les quatre derniers matchs), il n’a pas usurpé sa place à la pointe de notre onze, au côté de deux autres recrues étrangères : le Bordelais Hwang Ui-Jo (27 ans) et le Toulousain Efthymios Koulouris (23 ans). Avec respectivement 3 et 4 buts depuis l’entame, ils se sont parfaitement acclimatés à notre championnat.

Au milieu de terrain, place à la jeune garde tricolore, avec l’international U19 Joris Chotard (18 ans), pépite du centre de formation montpelliérain polie par l’exigeant Michel Der Zakarian, et les néo-espoirs français Eduardo Camavinga (17 ans/Rennes) et Zaydou Youssouf (20 ans/St-Etienne). Leur coéquipier chez les Bleuets, Rayan Aït-Nouri (18 ans), confirme les espoirs placés en lui depuis quelques années déjà et s’est imposé comme un titulaire dans le couloir gauche de la défense angevine (11 matchs, tous en tant que titulaire). Son pendant à droite, le Strasbourgeois Mohamed Simakan, fait lui aussi forte impression, notamment pour son physique et son volume de jeu, à seulement 19 ans.

Dans l’axe de la défense, on retrouve le promu brestois Jean-Charles Castelletto (24 ans) et le Rémois Axel Disasi (21 ans), nouveau pilier de la meilleure défense de France (6 buts encaissés en 13 matchs) depuis le départ de Bjorn Engels. On aurait pu citer son dernier rempart Predrag Rajkovic, mais c’est Alfred Gomis (26 ans) qui a été retenu dans les buts. Brillant face à Lyon, Paris ou Monaco, le gardien Dijonnais symbolise ce onze-type des joueurs que l'on n'attendait pas à un tel niveau cette saison.