Une balance de transferts négative pour Bordeaux

Une semaine après sa fermeture, retour sur le dernier mercato estival en France avec une comparaison entre les sommes dépensées, ou récoltées, par les différents clubs de Ligue 1...

Certains ont investi, massivement parfois, d'autres ont fait du chiffre. Selon leurs moyens et les manques affichés par leurs effectifs, les clubs de Ligue 1 n'ont pas adopté la même stratégie durant le dernier mercato. Et cela se voit au regard de leurs balances de transferts, autrement dit la soustraction du montant de leurs dépenses à celui de leurs recettes. Un calcul réalisé par l'Observatoire du Football du CIES, sur l'ensemble des 98 clubs des grands championnats européens, dont nous nous sommes servis pour faire un focus sur l'élite du football français.

En Ligue 1, un club sur deux a réalisé des bénéfices. Dans ce domaine, l'AS Monaco affiche la meilleure performance, en récoltant 289 millions d'euros (394 M€ de ventes, contre 105 M€ d'achats). Cette somme, qui prend en compte l'option d'achat promise au club princier dans le cadre du prêt de Kylian Mbappé au PSG (180 M€ bonus inclus), est d'ailleurs la plus forte d'Europe. Suivent, en France, l'OL, Metz, Montpellier et Dijon, qui complète le top 5. Malgré un recrutement ambitieux, marqué par sept arrivées (Cabella, Diony, Diousse, Katranis, Janko, Hernani, Gabriel Silva), l'AS St-Etienne s'en sort également avec une balance positive (+1 M€).

Dans le rouge, on retrouve donc dix clubs, dont les promus Troyes et Strasbourg, qui avaient besoin de remodeler leurs effectifs pour qu'ils répondent aux exigences de la Ligue 1. Rennes, Lille et Marseille ont beaucoup plus investi, mais le PSG reste évidemment maître en la matière, avec un trou de -343 millions d'euros (75 millions de ventes pour 418 M€ d'achats), le plus profond d'Europe, qu'il faudra combler en activant d'autres leviers (hausse des revenus marketing, sponsoring, droits TV...) pour ne pas s'attirer les foudres du fair-play financier...

LA BALANCE DES CLUBS FRANÇAIS SUR LE MERCATO

  1. Monaco : +289 millions d'euros (394M€ de recettes / 105M€ de dépenses)
  2. Lyon : +72 millions d'euros (129M€ de recettes / 57M€ de dépenses)
  3. Metz : +19 millions d'euros (26M€ de recettes / 7M€ de dépenses)
  4. Montpellier : +15 millions d'euros (24M€ de recettes / 9M€ de dépenses)
  5. Dijon : +11 millions d'euros (17M€ de recettes / 6M€ de dépenses)
  6. Toulouse : +10 millions d'euros (14M€ de recettes / 4M€ de dépenses)
  7. Caen : +10 millions d'euros (17M€ de recettes / 7M€ de dépenses)
  8. Nice : +5 millions d'euros (34M€ de recettes / 29M€ de dépenses)
  9. Amiens : +3 millions d'euros (9M€ de recettes / 6M€ de dépenses)
  10. St-Etienne : +1 millions d'euros (21M€ de recettes / 20M€ de dépenses)
  11. Guingamp : -1 millions d'euros (2M€ de recettes / 3M€ de dépenses)
  12. Troyes : -1 millions d'euros (0€ de recettes / 1M€ de dépenses)
  13. Bordeaux : -4 millions d'euros (32M€ de recettes / 36M€ de dépenses)
  14. Nantes : -4 millions d'euros (12M€ de recettes / 16M€ de dépenses)
  15. Strasbourg : -6 millions d'euros (0€ de recettes / 6M€ de dépenses)
  16. Angers : -9 millions d'euros (6M€ de recettes / 15M€ de dépenses)
  17. Rennes : -22 millions d'euros (19M€ de recettes / 41M€ de dépenses)
  18. Lille : -40 millions d'euros (27€ de recettes / 67M€ de dépenses)
  19. Marseille : -62 millions d'euros (4M€ de recettes / 66M€ de dépenses)
  20. Paris SG : -343 millions d'euros (75M€ de recettes / 418M€ de dépenses)

Réagissez à l'article "Une balance de transferts négative pour Bordeaux"