Nîmes

Bernard Blaquart a vécu un calvaire

Commentaire(s)
Les temps sont durs pour Blaquart.
Les temps sont durs pour Blaquart.

La débâcle subie en ouverture de la 16e journée par les Nîmois sur la pelouse de Bordeaux (6-0) va laisser des traces, comme l’a laissé entendre l’entraîneur nîmois Bernard Blaquart en conférence de presse : "On a été mauvais, très mauvais, très très mauvais. L'équipe a sombré, j'espère qu'elle a touché le fond, qu'il n'y a pas plus bas. Des explications, j'essaye d'en trouver mais ce n'est pas facile. C'est une défaite qui peut laisser des traces. On a la chance dans le football de rejouer rapidement derrière, c'est là qu'on verra si ça a laissé des traces. Ou on s'en fout ou on est touché. Les joueurs ne s'en foutent pas, ils sont touchés ce soir".

Dépité, Blaquart a toutefois écarté l’hypothèse d'une démission en ajoutant un peu plus tard, "quand on est entraîneur d'une équipe qui ne gagne pas, que ça se produit et se reproduit... On essaye de trouver les petites choses qui peuvent faire changer mais est-ce qu'on en est capable, est-ce que j'en suis capable ? La décision (de continuer) ne m'appartient pas. Je ne peux pas abandonner les joueurs sauf s'ils viennent me le demander. Il y a le président qui peut prendre des décisions, mais, de mon fait, je ne vais pas quitter le navire, ça ne se fait pas. C’est une des pires soirées que j'ai vécue". Avant ce naufrage qui les enfonce un peu plus dans la zone de relégation (19e avec 12 points), les Nîmois étaient déjà en mauvaise posture depuis fin septembre et leur dernière victoire face à Toulouse (cinq défaites et quatre nuls depuis en championnat).