Mercato

Pourquoi le mercato a-t-il été si décevant ?

Commentaire(s)
Joe DaGrosa et Bordeaux n'ont pas bouclé le mercato escompté.
Joe DaGrosa et Bordeaux n'ont pas bouclé le mercato escompté.

Le mercato estival a été bien calme en Gironde... Trop, pour un club dont le changement récent de propriétaires laissait présager une profonde et ambitieuse remise à jour de l'effectif.

Huit mois après son rachat par les américains de GACP et King Street, trois après l'arrivée sur le banc de Paulo Sousa, Bordeaux était attendu au tournant sur ce marché des transferts 2019. Mais les ambitions affichées depuis la fin d'année dernière par les nouveaux propriétaires du club au scapulaire ne se sont pas traduites dans les faits. Laurent Koscielny, arraché à Arsenal pour 5 millions d'euros, reste la seule et unique tête d'affiche recrutée à l'intersaison et c'est peu dire que Sousa, comme les supporters Girondins, en attendaient davantage.

En fait, presque rien ne s'est passé comme prévu du côté du Haillan cet été, plus particulièrement encore dans les dernières heures du mercato. Après l'arrivée de Youssef Aït-Bennasser en provenance de Monaco, en prêt avec option d'achat, Paulo Sousa espérait voir débarquer un autre milieu de terrain défensif ; Milan Badelj, son ancien joueur à la Fiorentina, figurait parmi ses priorités. Mais ses dirigeants ne l'ont pas satisfait sur ce point. Au moins allaient-ils lui offrir un renfort de poids en attaque, se disait alors le coach portugais... Que nenni ! Là encore, aucune piste n'a abouti. De Pedro (Fluminense) à Munas Dabbur (FC Séville), en passant par Islam Slimani (prêté par Leicester à Monaco) ou Rémi Oudin, pour qui Reims avait donné son aval sur un prêt avec option d'achat obligatoire de 10 M€, les échecs se sont succédés pour le club aquitain.

La salle des départs n'a pas désempli

L'explication de ce couac général réside, d'après 20 Minutes, dans le refus de King Street de réinjecter de l'argent sur le mercato. Or, les départs qui auraient pu rapporter des liquidités sont, eux aussi, tombés à l'eau. Revenu de leurs prêts respectifs à Caen et l'Etoile Rouge de Belgrade, Paul Baysse (31 ans) et Jonathan Cafu (28 ans) avaient chacun un bon de sortie, à l'instar de Younousse Sankharé (29 ans). Si Nice a un temps envisagé le retour du premier, ces trois-là sont finalement restés à Bordeaux.

Le FCGB attendait davantage des éventuelles ventes de Youssouf Sabaly (26 ans) et François Kamano (23 ans). Le latéral a fait l'objet d'une offre formelle de l'Atalanta Bergame, mais aucun accord n'a été trouvé. Quant à l'attaquant guinéen, estimé à plus de 10 millions d'euros, Monaco, la Sampdoria et surtout le Torino, qui a soudainement mis un terme aux négociations hier, ont successivement tourné les talons. L'épilogue décevant d'un feuilleton estival sur-vendu par sa bande-annonce...