Rennes

Létang enterre les rumeurs concernant Koscielny

Commentaire(s)
Rennes n'a pas d'accord avec Koscielny
Rennes n'a pas d'accord avec Koscielny

Contrairement aux informations parues dans la presse hier, le Stade Rennais ne détient aucun accord avec Laurent Koscielny, comme l'a fait savoir Olivier Létang en conférence de presse.

Présent en conférence de presse cet après-midi, pour présenter Romain Salin et Jérémy Morel, Olivier Létang a répondu aux questions de la presse, notamment concernant le mercato breton. Le Président du Stade Rennais a évidemment été interrogé sur le cas Laurent Koscielny (33 ans), désireux de quitter Arsenal. Mais visiblement, le défenseur londonien ne devrait pas rebondir du côté du Roazhon Park, puisque le club breton ne détient aucun accord avec le joueur contrairement aux informations dévoilées ces dernières heures.

"Mon téléphone a sonné tout le week-end. On l'a appris ce week-end à vrai dire. Même mon fils m'a appelé pour savoir si c'était vrai. Je lui ai dit non. Koscielny est un très bon joueur, il a une grande expérience. C'est le capitaine d'Arsenal. Quand on a entendu la possibilité d'un départ de Laurent début juin, on a bcp de respect pour les clubs, on a appelé Arsenal et on a demandé si c'était vrai. Ils nous ont dit que non, qu'il était intransférable" affirme Létang.

Le dirigeant a ensuite surenchéri : "On a un grand respect pour les autres clubs. On n'a pas de contact depuis la mi-juin, on lit beaucoup de choses. À partir du moment où le club le déclare intrasférable, pour moi ça ne sert à rien de discuter contre la volonté du club. À partir du moment où la porte n'est pas ouverte, il ne peut pas y avoir de discussions et encore moins d'accord. Tout ce qui est sorti ce week-end est complètement faux et ce n'est pas du tout d'actualité. C'est un grand joueur, il a un palmarès, ça fait 9 ou 10 ans qu'il est à Arsenal. Aujourd'hui, le débat ne se pose pas à partir du moment où il est sous contrat et que son club refuse de le libérer. La discussions a eu lieu mi-juin, pour nous elle est close". De quoi laisser la porte ouverte à Bordeaux.