Girondins

Gérard Lopez menace d'attaquer les nouveaux dirigeants lillois en justice

La rédaction
Gérard Lopez, ici lors de son passage à la tête du LOSC.
Gérard Lopez, ici lors de son passage à la tête du LOSC.

Président du Lille OSC de 2017 à décembre 2020, Gérard Lopez (49 ans) est en passe de reprendre du service, aux Girondins de Bordeaux, qu'il est sur le point de racheter. Proche de devenir le nouveau propriétaire des Marine-et-Blanc, l'homme d’affaires hispano-luxembourgeois règle ses comptes avec les dirigeants actuels des Dogues, à savoir Olivier Létang et Christophe Chenut, respectivement président et administrateur du club nordiste. Dans un courrier que 20 Minutes s'est procuré, Gérard Lopez se veut menaçant et annonce qu'il va mettre en demeure les nouveaux dirigeants du LOSC.

"La multiplication des actes de dénigrement et des atteintes à mes droits commis récemment à l'initiative du LOSC et de sa direction me contraint à vous adresser ce courrier de mise en demeure. Des membres du Conseil d'administration du LOSC se sont en effet répandus auprès des médias comme auprès d'acteurs de la reprise des Girondins de Bordeaux en m'accusant de comportements délictueux et d'enrichissement personnel sur le transfert de joueurs du LOSC, au cours de la période de ma présidence du club", écrit ainsi Gérard Lopez, qui estime que la nouvelle direction du club lillois veut le bloquer dans son projet de reprise des Girondins de Bordeaux.

"Vous voyez manifestement d'un mauvais oeil mon possible engagement auprès d'un autre grand club de Ligue 1, et ce, alors qu'une offre de reprise concurrente émane de personnes de proches de la direction actuelle du LOSC. Je vous mets par conséquent en demeure de cesser tout dénigrement et de diffuser de fausses accusations à mon encontre", continue l'homme d'affaires hispano-luxembourgeois, qui termine en menaçant de poursuites judiciaires : "J'ai par ailleurs transmis le dossier à mes avocats, Maitres Antonin Lévy et Richard Malka, afin qu'ils étudient les suites à donner à cette affaire et envisager toute action de nature à faire valoir mes droits et obtenir réparation du préjudice". Le message est clair.